Un troisième docteur Exalt !

Le 15 avril 2022, Dorian Reunkrilerk a soutenu sa thèse de l’Institut Polytechnique de Paris « La force du signe faible. Rôle des ‘médias’ pour l’intégration du design au sein des organisations : une contribution sémio-pragmatique de la médiation par et au design ». L’événement s’est tenu à Strate, quel plaisir de tou.te.s nous réunir après deux ans de vie sociale au ralenti…

Ce doctorat a été mené en CIFRE avec OTIS, dans le cadre d’Exalt Design Lab. Les travaux de Dorian ont été dirigés par Annie Gentès (Télécom Paris) et co-encadrés par Estelle Berger (Strate Research). 

Cette thèse en Sciences de l’Information et de la Communication propose trois volets de contribution, que Dorian a mis en perspective durant sa présentation orale :

  • D’abord, l’approche sémio-pragmatique affirme que le potentiel de transformation d’une organisation réside déjà au sein de son infrastructure, et qu’il correspond à des signes faibles d’une pratique de design. 
  • Ensuite, la notion de « signe faible » contribue à définir l’activité de design à partir des médias et médiations qui la constituent. 
  • Enfin, la thèse amorce une réflexion sur la tâche du design, décrite comme un travail de mise en mouvement des systèmes de classifications qui circulent dans l’organisation. 

Ces trois niveaux articulent vision théorique et implications pratiques pour les designers engagé.e.s dans une démarche de médiation auprès d’autres métiers et cultures – dans le cas d’OTIS, l’ingénierie et la conception réglée. En particulier, Dorian qualifie la posture de « tact » qui permet de s’insérer dans les situations sans forcer l’intervention. Il ne s’agit pas d’introduire de nouveaux outils ou supports coûte que coûte, mais d’accompagner l’émergence et la montée en responsabilité des équipes. L’acte de design est ce qui émerge « entre » individus, situations, et objets ; il est synonyme de transformations réciproques.

Les membres du jury ont soulevé des axes de discussion, qui nourriront sans doute les futures recherches de Dorian, mais aussi nos travaux de recherche action sur l’intégration du design en organisations. 

Pour Sophie Hooge (Mines ParisTech), dont le domaine d’expertise se situe dans la rencontre entre conception réglée et activités d’exploration, cette thèse représente un nouveau regard porté sur ses sujets d’étude. Elle interroge la volonté et la capacité de l’organisation à revoir ses règles de fonctionnement, puisque la conception réglée témoigne justement d’une construction pour empêcher l’irruption de l’inconnu ! Il s’agit donc de démêler les enjeux attachés à l’injonction d’innover : pour répondre à une crise, anticiper une évolution du marché, s’adapter à des évolutions règlementaires… ? Selon les situations, le diagnostic peut ainsi révéler s’il existe réellement un espace pour la transformation, ou s’il s’agit d’un faux manque. 

Fabienne Martin-Juchat (Université Grenoble Alpes) propose de discuter la notion de « médiation », dont les filiations européenne et nord-américaine diffèrent. Le cadre théorique de la « diplomatie » pourrait également permettre de mettre en lumière les rapports de pouvoir à l’œuvre dans l’organisation : conflits, concertation, décision… autant de relations qui ont façonné la recherche action du doctorant. 

Quant à Pierre Lévy (CNAM), il interroge la notion de « sensibilité » des personnes engagées dans la médiation par le design, qui implique une transformation. Ce temps est intime et diffus, impliquant chacun.e au-delà de son rôle assigné dans l’organisation. Ce travail de thèse pourrait donc être prolongé d’une étude des cycles vécus par les individus, les amenant à modifier leurs habitudes, coutumes, imaginaires… jusqu’à faire place à une autre culture de conception que représente le design. 

Pour finir sur l’importance de la posture humaine, Laurent Coldre (tuteur industriel, directeur de la cellule Innovation) résume qu’au long de ses trois ans d’immersion, Dorian a réussi à « adoucir notre arrivée, venue violenter une organisation réfractaire ». 

Ce jour rituel passé, nous souhaitons à Dorian de continuer à se laisser emmener par curiosité dans des terrains inattendus. Sa proactivité et son enthousiasme ont été précieux dans la vie d’Exalt Design Lab, et nous espérons le retrouver pour de prochaines aventures partagées. 

La thèse est accessible ici : https://www.theses.fr/2022IPPAT014

En 2022, encore deux soutenances de thèse à venir : Justine Peneau (Sciences de l’Information et de la Communication, dir. Annie Gentès + Estelle Berger, CIFRE Emakina) et Laurent Mertz (Sciences de l’Information et de la Communication, dir. Annie Gentès + Ioana Ocnarescu, CIFRE InProcess)