Un atelier d’Experience Design pour explorer des tensions fertiles

Le 16 mars dernier, dans le cadre d’une learning expedition organisée par nos complices de Schoolab, Emna Kamoun et Estelle Berger ont animé un atelier pour 20 cadres dirigeant.e.s du groupe bancaire BPCE. La journée était placée sous le signe du voyage, thème de l’exposition actuelle Prendre la tangente au MAIF Social Club qui accueillait notre groupe. 

Après Etam, Strate Research collabore une nouvelle fois avec Schoolab pour initier des organisations non design centriques à l’approche et aux méthodologies de l’Experience Design. Dans le cas de BPCE, l’enjeu est de développer une nouvelle approche des environnements de travail, à l’heure de l’hybridation des espaces, temps, pratiques et modes de relations. Notre workshop s’est déroulé après une intervention de Fanny Parise, anthropologue spécialisée dans l’ethno-fiction, une approche qui résonne avec le design car elle emploie une démarche spéculative pour mettre en scène et discuter de situations de vie. Fanny est d’ailleurs responsable des enseignements en sciences humaines et sociales pour Strate Lyon. 

Notre atelier visait à amener les participant.e.s à adopter un regard différent, préalable à toute démarche d’innovation. Une posture d’exploration permet de sortir d’une pensée dualiste, pour s’ouvrir à la nuance et au grain de l’expérience vécue. Nous avons donc cherché à stimuler une approche d’observation sensible chez les professionnel.le.s de BPCE, en leur demandant de repérer, dans les lieux environnants, une situation qui exprime une tension entre deux termes apparemment contradictoires (passé/futur, typique/atypique, stable/changeant, intime/partagé). En immersion dans un terrain arbitraire, ce couple de polarités tiré au sort par chaque binôme sert ainsi de grille d’observation de l’expérience du lieu. Par cette démarche sensible, les participant.e.s ont finalement été amenés à questionner des choix d’aménagement ou des pratiques qui leur semblaient différentes, parfois absurdes et d’autres fois innovantes, et à se projeter dans d’autres scénarios souhaitables. 

Le but de l’atelier était donc d’amener des expert.e.s workplace à sortir du cadre de leur expertise pour envisager d’autres manières de faire par l’observation et la reconsidération des besoins des différentes catégories d’usagers, dans le processus de construction du cahier des charges en amont des projets.